Changer les croyances limitantes

Les croyances limitantes que nous avons déjà abordées dans le précédent article, peuvent se regrouper sous 3 catégories différentes :

  • Le désespoir : La personne croit que le but n’est en aucun cas atteignable, qu’il s’agit d’un objectif irréalisable pour quiconque.
  • L’incapacité : La personne croit qu’elle n’est pas capable d’atteindre le but. Elle croit qu’il est possible pour les autres d’atteindre cet objectif mais pas pour elle. Elle n’a pas confiance en ses capacités.
  • Le manque de mérite : La personne croit qu’elle ne mérite pas d’atteindre le but, même si l’objectif est réaliste et qu’elle en a la capacité.  L’absence de valeur se caractérise par le fait que la personne ne se sent pas à sa place, ou qu’elle ne mérite pas d’être heureuse pour une raison particulière, elle croit qu’il y a quelque chose qui l’empêche fondamentalement d’atteindre son objectif.

Pour changer ces croyances limitantes, il est donc important de retrouver l’espoir dans le futur, la confiance en ses capacités et le sens de sa valeur personnelle et de sa propre responsabilité face à son avenir.

Bien souvent ces croyances sont la résultante de questions restées sans réponses à un moment déterminé. Ou bien encore, elles se développent dans le but de satisfaire une intention profonde telle que la protection, l’établissement de limites, une manière de se protéger de façon inconsciente. Par exemple si une personne ne sait pas faire quelque chose, elle va en déduire qu’elle est incapable de le faire. Aussi afin de sortir de cet état d’incapacité il est utile de chercher « comment il est possible de réaliser cela » ou encore de mettre la personne dans une situation où elle parvient à réussir ce qu’elle croyait ne pas pouvoir faire, sans risque qu’elle n’échoue. A partir de ce contre-exemple elle pourra réactualiser sa croyance.

Transformation et actualisation des croyances limitantes :

  • En identifiant l’intention profonde (ou intention positive comme on la nomme en PNL) qui se cache sous la croyance. Par exemple, l’intention positive qui se trouve derrière un comportement agressif est souvent la protection ; derrière  la peur, on peut trouver la sécurité, et la colère peut être utilisée pour maintenir les frontières entre les autres et soi. La résistance au changement peut servir différents buts tels que le désir de respecter le passé, ou le besoin de se protéger en restant dans le connu ou dans le confort de ce qui est habituel.
  • En identifiant toute présupposition inconsciente qui peut se manifester avec des mots comme « je ne peux pas », « je ne devrais pas », « il faut », « il ne faut pas », etc.
  • En repérant les différentes relations de causes à effets telles que les phrases du style :
    « Si je m’affirme, je serai rejeté. »
    « Quand je commence à réussir, tout s’écroule. »
    « Si je montre mes sentiments, je ne suis plus crédible. »
    Et une fois ces relations mises au grand jour, il devient utile de trouver des contre-exemples qui montrent qu’il n’y a aucune généralité dans ces affirmations.
  • En fournissant des informations sur le « comment », c’est-à-dire en découvrant comment parvenir à faire ce que l’on croit impossible tout en respectant l’intention profonde. Ainsi si l’on pense : « C’est dangereux d’essayer quelque chose de nouveau », on peut chercher : « Comment puis-je essayer quelque chose de nouveau dans la sécurité ? »
  • En clarifiant ce qui donne un sens à notre vie ou à notre mission sur terre et en recevant un soutien positif au niveau de qui nous sommes, de notre identité. A ce propos, je me souviens d’une personne qui souhaitait arrêter de fumer, mais qui n’avait pas encore trouvé la motivation pour le faire et du jour où elle s’est dit qu’elle souhaitait privilégier sa bonne santé et se mettre dans la peau d’un non fumeur, alors le déclic a eu lieu et il n’a alors plus été question pour elle de fumer. Elle avait adoptée une nouvelle identité, celle de quelqu’un respectueuse de sa santé.

Il peut être utile parfois de se faire aider pour parvenir à changer ces croyances car ce sont bien souvent des pensées très profondément ancrées à l’intérieur de nous et il n’est pas toujours simple de les mettre en lumière. Cependant il est très intéressant de savoir que c’est possible de changer toute croyance en respectant bien sûr, le système dans lequel évolue la personne. Rien n’est immuable, pas même les croyances. Il existe en PNL certains exercices spécifiques, avec entre autres la ré-empreinte, qui permettent d’y parvenir.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.