Plaisir au travail = Performance

Lors du dernier article, vous avez pu participer à l’expérience de Timothy Gallwey quand il laisse toute place à son désir et que le travail devient alors un véritable plaisir. Je suppose que vous aussi, avez déjà vécu cet état intérieur où le temps est suspendu, où vous êtes entièrement absorbé dans ce que vous êtes en train de réaliser, que ce soit au travail ou dans vos activités de loisirs, sportives ou artistiques.

Il s’agit d’un état de concentration accrue, souvent de courte durée mais dans lequel plaisir et performance vont de paire et la motivation atteint un niveau élevé. Cet état est appelé état de résonance ou encore « flow ». Les premières études ont été réalisées par Mihaly Csikszentmihalyi, psychologue hongrois dans les années 1970 et c’est lui qu’il l’a dénommé ainsi, parce qu’effectivement quand on est dans cet état de concentration tout semble couler de source, tout est fluide.

Il est intéressant d’examiner quelles sont les caractéristiques de l’état de résonance afin de pouvoir l’initier plus facilement et en retirer tous les bénéfices (performance, bien-être, exaltation), d’autant que ses manifestations semblent contagieuses à l’entourage :

  • Il se manifeste quand le travail ou la tâche à accomplir est légèrement supérieure aux capacités que l’individu pense posséder, et donc quand celui-ci mobilise toutes ses ressources.
    Si l’action était beaucoup plus difficile que ses compétences, l’inquiétude ou l’anxiété pourrait se manifester et venir polluer cet accomplissement. Et si l’action était trop facile, la personne pourrait ressentir ennui ou manque de motivation. Le flow se révèle donc suite à une démarche active qui passe par des efforts significatifs de dépassement de ses propres limites tout en ayant la perception que ce but est tout à fait atteignable, que l’on possède toutes les capacités pour faire face à la situation.
    .
  • D’autre part, il doit aussi y avoir congruence entre les valeurs de l’individu et les tâches entreprises, les actions entreprises doivent correspondre à un désir profond, une harmonie entre ce que l’on est et ce que l’on fait. On doit en d’autres termes « être à sa place » ou « se sentir fait pour ça ». Les actions sont en résonance avec ce qui nous anime intérieurement.
    .
  • Cet état crée un très grand courant d’énergie au cours duquel on perd toute notion de temps, voire même de faim ou de soif. Nous sommes emportés dans un élan moteur, qui met en marche toutes nos capacités et ressources. Cet élan peut être de courte durée, mais il peut aussi se prolonger dans le temps s’il correspond à un objectif à long terme, pilier de notre vie.

Selon des études faites auprès de sportifs de haut niveau, dix facteurs rendent possible l’atteinte de l’état de flow :

  • une préparation optimale,
  • un environnement de grande qualité,
  • une perception positive de la performance,
  • une concentration sur la tâche à accomplir,
  • la confiance,
  • une attitude positive,
  • une interaction positive avec l’entourage,
  • la motivation à atteindre des performances,
  • un grand état de mobilisation avant l’action,
  • l’expérience accumulée.

Si cela est valable pour des sportifs, il est tout aussi réalisable au travail ou dans n’importe quel domaine de la vie où l’on se sent pleinement engagé. Effectuer des tâches en éprouvant un réel plaisir, n’est-ce pas au fond le rêve de chacun ?

Pour en savoir plus sur l’état de résonance ou le flow, vous pouvez consulter les ouvrages de Mihaly Csikszentmihalyi tel que « [amazon_link id= »2221100387″ target= »_blank » ]Vivre – La psychologie du bonheur[/amazon_link] ».

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.