La pensée positive

Tout le monde connait la méthode Coué dans laquelle il est conseillé de répéter la phrase : « Tous les jours à tous points de vue, je vais de mieux en mieux. » Même si cette forme de pensée  a tendance à vouloir nous faire voir la vie en rose, elle reste cependant très limitative. Cherchez à avoir toujours une pensée positive est faire abstraction de toute cette part de notre vie où les choses ne se déroulent pas comme on le souhaiterait. Il y a des jours de soleil et des jours de pluie et nier cette réalité risquerait de nous pousser à culpabiliser de vivre ces jours sombres et de nous empêcher de faire ce qu’il faut pour créer plus de journées ensoleillées. Pour moi, la pensée positive est bien plus que cela, c’est une attitude à adopter face aux évènements, un regard à porter sur ce que nous vivons au quotidien, c’est apprendre à vivre autrement. Et vivre, c’est penser mais c’est aussi agir différemment.

La loi d’attraction :

Nous avons déjà ébauché le phénomène d’attraction dans l’article « Planter les graines de la réussite » où nous avions vu que pour réussir, il convient de « planter des graines de réussite », de la même façon que lorsque l’on veut récolter des carottes, on plante des graines de carottes. Et pour attirer du positif dans sa vie, il est préférable de planter des graines positives. Pour illustrer cette loi, prenons un exemple : Vous entreprenez un long voyage en voiture de 1 000 km et alors que vous avez parcouru les 300 premiers km, deux attitudes se présentent à vous :

  1. Vous pensez qu’effectivement vous avez encore 700 km à réaliser, alors que déjà, la fatigue se fait sentir et tout ce chemin encore à effectuer vous pèse et vous ennuie. Tandis que vous ruminez ces pensées, un sentiment de découragement s’empare de plus en plus de vous.
  2. Ou bien, vous vous réjouissez de ces 300 km que vous avez déjà parcourus et vous prenez plaisir à la découverte de la suite du parcours, en écoutant la musique que vous aimez, et en vous détendant au volant de votre voiture. Vous êtes alors habités par un sentiment agréable de curiosité et d’enthousiasme de poursuivre votre voyage.

Et pourtant la distance reste la même… En observant le côté positif, cela encourage, stimule et invite à poursuivre dans la bonne humeur. Les choses se déroulent alors avec plus de facilité, tout naturellement. Et si vous observez les personnes qui vous entourent vous découvrirez probablement qu’il y a des gens à qui tout sourit et d’autres qui semblent indéniablement attirés le négatif dans leur vie. En étudiant le mode de pensée de ces deux catégories d’individus, vous découvrirez sans doute que les premiers recherchent toutes les occasions pour progresser, pour améliorer ce qui ne se déroule pas comme il l’avait projeté, et si la chance semble de leur côté, c’est qu’ils sont ouverts sur toutes les possibilités que leur offre la vie, qu’il considère un échec comme une opportunité de changement ou de croissance et non comme un malheur, comme le conçoit la deuxième catégorie de personnes. Quand on est principalement tourné sur ce qui ne va pas et qu’on entretient ces pensées négatives, il n’est plus possible de voir les solutions et, sans s’en rendre compte, on attire à soi les difficultés et les problèmes.

Arrêter de se plaindre :

Pleurer sur son sort ne résout en rien la situation, bien au contraire. Car c’est une façon de reporter la responsabilité sur les autres, sur la société, sur notre passé, sur mille et une  raisons qui nous font devenir une victime. Et quand on se juge victime, on n’a plus d’emprise sur sa propre vie, on est aveugle aux opportunités et aux conditions qu’il conviendrait de changer pour sortir de ce cercle vicieux. Et ce pessimisme constant va aussi entraîner d’autres désagréments comme l’éloignement de l’entourage qui finit par se désintéresser de ceux qui se plaignent sans cesse et à force de penser à toutes les expériences négatives que vous pourriez rencontrer, vous allez finir par les attirer à vous comme un aimant. Se plaindre empêche de passer à l’action et donc ainsi les choses ont peu de chance d’évoluer. Le fait de prendre conscience de ces pensées est la première étape pour modifier votre mode de réflexion. La seconde consiste à surtout ne pas vous culpabiliser ou vous en vouloir de formuler ces pensées, mais plutôt de les reconnaître comme telles, puis ensuite d’envisager un autre point de vue et de reprendre en main la responsabilité de votre propre vie. Assumer la responsabilité de sa vie, c’est prendre conscience que l’on a chacun, les ressources et les capacités de réunir les causes et les conditions pour améliorer sa vie et résoudre les difficultés traversées. Et il est toujours possible de demander de l’aide à une personne compétente, si on ne parvient pas à le faire seul.

La gratitude :

Un moyen très efficace de se concentrer vers des pensées positives est d’utiliser le pouvoir de la gratitude. Remarquez les plus petites choses pour lesquelles vous avez de la reconnaissance et vous pouvez même en dresser une liste. Cela peut aller du fait d’avoir un toit sur la tête, d’avoir de quoi manger, d’observer un beau paysage, un ciel étoilé, avoir des amis autour de soi, une famille, un travail, ou le fait tout simplement d’être en vie. Puis emplissez vous d’un sentiment de gratitude pour tout cela. Avez-vous remarqué votre état d’esprit quand quelqu’un vous remercie sincèrement pour quelque chose que vous avez fait pour lui, vous avez alors envie de renouveler vos services. Ainsi ressentir de la gratitude va favoriser plus de bienfaits dans notre vie. Elle favorise la bienveillance, elle donne le goût de vivre, de partager et contribue à nous apporter la paix.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.