L'élan propulseur

Étymologiquement, le terme de « motivation » a la même racine que le mot moteur, ils proviennent tous deux du latin movere qui signifie mouvoir, mettre en mouvement. La motivation, c’est le moteur de la vie, c’est l’énergie qui nous anime et qui va permettre de déplacer des montagnes. Sans un minimum de motivation, rien ne peut progresser ou se créer. Elle est notre force motrice.

Mais qu’est-ce qui déclenche cet élan propulseur ?
L’élan propulseur à l’origine de la motivation est le fait d’aimer ce que nous faisons, de mettre de l’enthousiasme dans notre vie, de la passion dans nos actions. Et pour aimer et être passionné, il est nécessaire d’être en accord avec nos valeurs fondamentales, nos aspirations profondes, d’être en harmonie avec ce qui vibre à l’intérieur de nous. C’est ce qui va décupler notre énergie et faire que notre vie va avoir un réel intérêt. Tout notre être se meut dans une même dynamique, animé par cet élan vital, en accord avec nous-mêmes. « Si vous voulez que votre vie devienne passionnante, passionnez-vous pour elle » Bruno Lallement.

Il est bien sûr évident que cette motivation n’est pas toujours aussi puissante et quelque fois il devient utile de la soutenir ou de la renforcer. Et pour se faire, certains éléments vont influer sur cette force motrice :

  • Avoir un objectif positif : certaines personnes seront motivées par le fait de fuir certains désagréments, par exemple : arrêter de fumer pour ne pas avoir des problèmes de santé. Mais ce qui est d’autant plus motivant, c’est d’y adjoindre une motivation positive comme rayonner d’énergie et de santé, respirer à pleins poumons, etc.
    .
  • L’utilité d’une activité : plus on sera conscient de l’utilité d’une activité, plus celle-ci aura une raison d’être et nous donnera envie d’agir. Et si l’on ne voit aucune utilité à une action, on peut alors se demander ce qui se passerait si on ne la faisait pas et c’est là que l’on peut trouver une bonne raison de l’effectuer.
    .
  • La performance : la performance est une source de motivation car c’est à partir de celle-ci que nous développons les perceptions de notre compétence, des perceptions qui sont à l’origine même de la motivation.
    .
  • Transformer les obligations en défis : certaines tâches qui nous rebutent gagneront à être transformées en défi. Ainsi au lieu de les voir comme une contrainte, elles deviennent une possibilité de nous dépasser. De même, plutôt que de se focaliser sur l’ennui qu’elles nous procurent, il est plus efficace de les voir déjà accomplie et de s’en réjouir.
    .
  • Se fixer des étapes intermédiaires : comme on l’a vu dans l’article « Une pierre chaque jour« , le fait de découper les objectifs en étapes successives plus petites et se satisfaire de la réalisation de chaque phase renforce la motivation.
    .
  • S’accompagner d’une voix amicale et dynamique : La voix intérieure qui nous accompagne tout au long des journées a un rôle très important à jouer pour stimuler cet élan propulseur. Nous ne prenons pas toujours conscience de l’impact qu’elle peut avoir sur notre humeur, mais observez comment vous vous sentez quand cette voix est défaitiste et qu’elle vous tient des propos tel que « tu n’y arriveras jamais » et dans quel état interne vous êtes, si au contraire, elle est encourageante, enthousiaste comme celle d’un ami qui vous veut du bien.

 

« Il n’y a pas de vent favorable à celui qui ne sait où il va« . Sénèque


 

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.