La peur de l’échec

La peur de l’échec est bien souvent paralysante, elle empêche d’obtenir ce qui tient à cœur, soit que, dès le départ, nous n’osons pas nous investir de peur de rater, soit qu’à la première tentative qui n’évolue comme nous l’avions prévu, nous abandonnons, découragés. Mais tout cela est avant tout une façon d’appréhender les événements, une façon de se positionner face aux expériences vécues.

Qu’est-ce qu’un échec ? Il s’agit  juste d’une expérience qui ne s’est pas déroulée comme nous l’avions prévue, qui a donné un résultat différent de nos attentes. C’est pourquoi plutôt que de parler « d’échec », il est préférable de le définir comme une expérience qui a apporté un « résultat », sans juger ni qualifier ce résultat d’une connotation positive ou négative. Car comme le dit Olivier Lockert  « Il n’y a qu’une façon d’échouer : c’est d’abandonner avant d’avoir réussi ! »

Et je suis sure que déjà vous appréhenderez les choses différemment en lisant cette très belle phrase de  Pamela Ryan « L’échec est l’étincelle de toute grandeur. » Ce résultat devient donc un propulseur merveilleux pour se dépasser soi-même, trouver l’énergie en soi qui va nous permettre de déplacer les montagnes pour atteindre nos objectifs. Si tout va pour le mieux, dans le meilleur des mondes, pourquoi chercher à se remettre en cause, pourquoi vouloir changer quoique ce soit, on reste sur ces acquis et on n’évolue pas. Tandis que face à des expériences qui n’ont pas évoluées dans le sens de ce que l’on souhaitait, on peut alors chercher ce qui nous a échappé, ce qui est nécessaire à mettre en place pour évoluer dans la direction désirée, ce que nous devons apprendre ou réaliser pour remédier à la situation.

Dans un premier temps, il est tout à fait légitime de traverser une période de déception, mais cette déception peut tout à fait être un tremplin pour rebondir et repartir avec encore plus d’énergie en mettant en place des actions concrètes. Par exemple, j’ai exposé mes peintures dans une salle et la fréquentation a été très moyenne. Sur le moment, j’ai bien sûre été déçue et en même temps, cela a déclenché en moi, une très grande envie de chercher des lieux mieux placés et plus dynamiques. J’ai ressenti une vague d’énergie qui n’aurais probablement pas émergée si l’exposition s’était déroulée comme je l’avais imaginée.

C’est aussi la possibilité pour nous de développer endurance, persévérance, perspicacité et quel bonheur de parvenir au sommet après avoir développé des efforts tout au long du chemin. La réussite en est d’autant plus grande que nous sommes parvenus à vaincre les obstacles. Un ami passionné de montagne, me racontait récemment le parcours du combattant qu’il venait de vivre suite à un grave accident de voiture qui avait failli le laisser dans un fauteuil roulant. Il me disait qu’il avait réussi à gravir de beaux sommets en montagne, mais que sa plus belle réalisation était en fait d’être parvenu à marcher de nouveau !

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.